L'actualité
"Le Calame" de Mauritanie célèbre son 1000e numéro
Date : 06/11/2015 à 00:31:36

Nouakchott, Mauritanie (PANA) - « Le Calame », un hebdomadaire privé mauritanien fondé le 14 juillet 1993 par Habib Ould Mahfoud (décédé en 2001), célèbre ce mercredi son millième numéro.

Pour marquer l’événement, un éditorial et plusieurs témoignages de personnalités issues de la classe politique et des intellectuels saluent le parcours d’un organe qui a symbolisé « l’espoir d’une élite, le rêve d’un peuple, avec une ligne éditoriale exempte de compromission et de complaisance, servant ainsi de porte-flambeau au combat pour la liberté».

Dans l’éditorial de ce 04 novembre, sous le titre « 1000: contre vents et marées » Ahmed Ould Cheikh, directeur de publication, revient sur la trajectoire d’un organe qui a mené « mille et un combats contre l’arbitraire et l’injustice, pour la démocratie, l’égalité, le respect des droits de l’Homme.

"Mille numéros, que de chemin parcouru. Cinq jeunes, tout aussi insouciants les uns que les autres, décident de lancer ensemble un journal totalement indépendant, avec pour seuls moyens la ferme conviction que la liberté d’expression ne se décrète pas mais s’arrache. Ils en firent les frais. Le journal sera ainsi saisi une trentaine de fois et fermé durant sept mois au total des 14 années de démocratie de façade octroyée par Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya, pour se maintenir au pouvoir en de nouveaux atours », rappelle le directeur de publication dans son édito.

Le régime de Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya a été renversé par un putsch militaire le 03 août 2005. Le pouvoir de transition a aboli la censure. Toutefois, évoquant la situation actuelle, l’éditorialiste présente le régime en place, issu d’un autre coup d’Etat militaire perpétré le 06 août 2008, comme « le dernier avatar du système Maaouya ».

Car même si dame censure a rengainé ses ciseaux « Le Calame reste frappé d’exclusion, banni de fait de toutes les activités officielles (voyages présidentiels, conférences de presse, rencontres avec les journalistes…)", déplore Ahmed Ould Cheikh.

La parution de ce millième numéro, après 22 ans d’existence dans le contexte politique, économique et social difficile qui caractérise les conditions d’évolution de la presse en Afrique de manière générale et tout particulièrement en Mauritanie, est perçue comme un authentique exploit par de nombreux observateurs.
-0- PANA SAS/BEH/IBA 04novembre2015
retour
Recherche personnalisée


Accueil