L'actualité
Le décès d'un ex-dirigeant des FLAM et hommme de lettres à la Une en Mauritanie
Date : 01/11/2015 à 22:29:26

Nouakchott, Mauritanie (PANA) - La presse parue en Mauritanie cette semaine a abordé divers sujets parmi lesquels le décès de Ly Jibril Hamet, poète et dramaturge, ex-dirigeant des Forces de Libération Africaine de Mauritanie (FLAM-mouvance nationaliste noire), détenu dans la prison-mouroir de Oualata (Est) durant des années, survenu dans la nuit du 16 au 17 octobre pendant qu’il prenait part au Canada à un congrès de PEN International, une ONG de défense des écrivains et de la liberté d’expression.

Dans un hommage posthume fleuve, l’hebdomadaire «Biladi» du mercredi salue «l’action d’un ancien inspecteur de l’enseignement et militant des langues nationales, qui fut également un grand combattant pour la liberté».

Le même organe reproduit le témoignage inédit d’Abderahmane Ould Boubacar, colonel à la retraite, qui a été le geôlier de M. Ly à la prison de Oualata vers la fin des années 1980.

Cet officier à la retraite a rendu un vibrant hommage au disparu «un humaniste hors pair qui a su pardonner à tous ceux qui ont brisé sa carrière, tous ceux qui l’ont arbitrairement condamné pour un délit d’opinion à 5 ans de réclusion criminelle; une peine assortie de travaux forcés.
Des injustices flagrantes se sont abattues sur les FLAM dont il était le premier président».

«Le Quotidien de Nouakchott » du lundi consacre sa manchette à la disparition de «Ly Djibril Hamet, le symbole de la résilience, inhumé aujourd’hui à Loboudou», son village natal (situé dans le Brakna-Sud de la Mauritanie).

Ce journal rapporte les extraits des témoignages de plusieurs personnalités mettant en avant «la sincérité de l’engagement d’un poète, homme de lettres et dramaturge aux fortes convictions politiques».

«Le Calame » du mercredi revient sur les difficultés de nouer un dialogue politique entre le pouvoir et l’opposition.

Commentant les déclarations récentes de Me Ahmed Salem Ould Bouhoubeiny, nouveau président en exercice du Forum National pour la Démocratie de l’Unité (FNDU), vaste rassemblement de l’opposition et de diverses organisations, le journal a invité le pouvoir à reprendre les contacts avec le collectif, mais reste prudent et s’interroge «sortie de Bouhoubeiny, président du FNDU : main tendue ou prémices d’obsèques ?».
-0- PANA SAS/IS/SOC 31oct2015
retour
Recherche personnalisée


Accueil