L'actualité
Condamnation de la libération de l'ex-porte-parole d'Ansar Eddine
Date : 09/08/2015 à 00:42:11

Nouakchott, Mauritanie (PANA) - Une vingtaine d’ONG parmi lesquelles les associations mauritaniennes et maliennes des droits de l’Homme et la Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme (FIDH) ont condamné la libération de Sidi Mohamed Ould Mohamed Bounama, dit Sanda Ould Bounama, ex-porte-parole de l’organisation terroriste islamiste Ansar Eddine par les autorités mauritaniennes, dans une déclaration rendue publique, vendredi.

Ansar Eddine est l’un des groupuscules terroristes ayant occupé le Nord du Mali de mars 2012 à janvier 2014.

L’ex-porte-parole du mouvement terroriste islamiste est visé par un mandat d’arrêt international émis sur la base de plaintes de victimes pour de graves crimes commis à Tombouctou pendant l’occupation djihadiste, selon les ONG.

Ce mandat d’arrêt «a été transmis à Interpol, qui en avait informé les autorités mauritaniennes», indique la déclaration.

«Cette libération est un nouveau coup dur et une énorme déception pour les victimes et pour les organisations de défense des droits humains. Si les enquêtes de la Justice malienne avaient avancé, avec une coopération judiciaire et sécuritaire sous-régionale, Sanda Ould Bounama serait en train d’être auditionné par le juge malien. Et c’est pour cela que nous avons déposé une plainte au nom de 33 victimes», écrit une ONG citant un avocat du barreau de Bamako.
retour
Recherche personnalisée


Accueil